Sami Kanaan veut planter une vigne au cœur de la Cité

PREMIÈRE • Le prochain maire de Genève entend installer une parcelle symbolique au centre-ville. But? Faire connaître la diversité des cépages locaux.

  • Une vigne au pied du Palais Eynard, en 1870. En médaillon, Sami Kanaan.

    Une vigne au pied du Palais Eynard, en 1870. En médaillon, Sami Kanaan.

  • Une vigne au pied du Palais Eynard, en 1870. En médaillon, Sami Kanaan.

    Une vigne au pied du Palais Eynard, en 1870. En médaillon, Sami Kanaan.

  • Une vigne au pied du Palais Eynard, en 1870. En médaillon, Sami Kanaan.

    Une vigne au pied du Palais Eynard, en 1870. En médaillon, Sami Kanaan.

Y aura-t-il une vigne du Farinet version genevoise d’ici à une année au centre-ville de Genève? «Oui, et c’est un projet qui me tient à cœur pour faire découvrir la richesse de notre vignoble, un savoir-faire ancien dont la portée dépasse nos frontières», révèle Sami Kanaan, qui sera le futur maire de la Ville de Genève dès le 1er juin prochain. Une vigne symbolique devrait donc voir le jour en milieu urbain durant le mandat du conseiller administratif en charge du Département de la culture et du sport.

Vigne historique sur la Treille

«Je souhaite en effet trouver une parcelle permettant de valoriser la diversité des cépages existants», poursuit Sami Kanaan, fier de ce projet ambitieux qu’il mène tambour battant depuis quelques jours. C’est au cours de la présentation officielle du millésime 2017, le mercredi 2 mai au Musée de l’Ariana, que le futur maire a annoncé son vœu de créer une vigne symbolique en pleine ville. «Ce projet va dans la continuité de nos missions en matière de biodiversité au Jardin Botanique, mais aussi du travail autour de la préservation des métiers d’art et de culture», détaille-t-il. Le magistrat annonce toutefois qu’il ne projette pas forcément d’implanter une vigne dans le parc de la rive droite, mais plutôt de trouver une parcelle au centre-ville. «J’ai découvert qu’il existait une vigne à la Treille et aux Bastions, poursuit-il. C’était en 1870. A cette époque, la situation était favorable. Le coteau se prolongeait jusqu’à la rue des Granges avec l’appellation «petit Languedoc». Il y avait aussi le Calibri, le terrain qui se trouve au pied du Palais Eynard, à la promenade des Bastions.»

La future vigne de la Ville ressuscitera-t-elle dans l’un de ces lieux historiques? Mystère. Reste que quand le vin est tiré, il faut le boire. Autrement dit, Sami Kanaan ne peut plus reculer...

Lire également:
Les crus genevois ont la cote!
Trois régions et une grande variété de cépages