Vent contraire aux Voiles

  • Le lieu festif n’élira pas domicile à Genève-Plage cet été pour cause de restrictions imposées par le Covid-19.
  • Sur les réseaux sociaux, Alexandre Afsary, cofondateur du concept, annonce déjà son retour en 2021.
  • Pourtant, un appel d’offres concernant cette zone événementielle est toujours en cours. Explications.

  • Le site actuel est en chantier. L’exploitation des Voiles est toujours au concours pour les saisons 2021 à 2024. DR

    Le site actuel est en chantier. L’exploitation des Voiles est toujours au concours pour les saisons 2021 à 2024. DR

«Le processus d’appel d’offres est en cours et n’a pas subi de report en raison de la crise sanitaire»

Le Département de la cohésion sociale

Un post sur les réseaux sociaux suscite l’étonnement. Sur Facebook, Alexandre Afsary, cofondateur du concept de café-restaurant Les Voiles, écrit: «Nous étions tous réunis il y a un an. Le Covid est passé entre-temps, mais on se donne tous rendez-vous l’été prochain pour des Voiles 2021. Fantastique!!!»

Trois candidats en lice

Le hic: un appel d’offres, lancé au mois de février par l’association Genève-Plage, est en cours pour attribuer l’exploitation pour les saisons 2021 à 2024 de ce lieu de vie nocturne particulièrement bien situé sur la Rive gauche.

Autrement dit, la future gestion du lieu festif n’est en principe pas encore attribuée pour l’année prochaine et les trois suivantes. Selon nos informations, trois projets sont en lice. Celui du gestionnaire actuel, Alexandre Afsary, mais aussi celui du groupe M3 de l’homme d’affaires Abdallah Chatila et celui de Baroque Group. Trois profils aux épaules solides puisque, selon la Feuille d’avis officielle, les candidats doivent notamment avoir réalisé un chiffre d’affaires annuel minimum de 3,5 millions par année dans le domaine de la restauration.

Telle était la situation avant que le Covid-19 ne change la donne. Et que la saison 2020 ne soit finalement annulée. «Les règles de distanciation physique n’étaient pas compatibles avec le concept même des Voiles, explique Alexandre Afsary. Ici, la clientèle souhaite se mélanger, se rencontrer et partager des moments conviviaux. Sans parler de l’horaire de fermeture à minuit!»

Du coup, le post d’Alexandre Afasary soulève la question suivante: Les Voiles ont-elles bénéficié d’un an d’exploitation supplémentaire l’année prochaine pour compenser cette saison 2020 avortée? Refusant de s’exprimer sur ce point, Alexandre Afsary renvoie à Genève-Plage et au Canton.

Potentiel conflit d’intérêts

Contacté, le Département de la cohésion sociale, qui suit ce dossier, précise que «le processus d’appel d’offres est en cours et n’a pas subi de report en raison de la crise sanitaire». Dans ce cas, pourquoi Alexandre Afsary donne-t-il d’ores et déjà rendez-vous en 2021? «Nous espérons retrouver notre clientèle en 2021, raison pour laquelle nous communiquons régulièrement avec nos différentes communautés, dont nous sommes très proches, afin de maintenir le lien qui nous réunit tous depuis tant d’années», réagit-il.

Reste qu’un autre point pose question: le rôle de Genève-Plage et de son directeur Christian Marchi. Selon les documents officiels de l’appel d’offres, «la décision d’adjudication sera prise par l’association de Genève-Plage». Or, Christian Marchi est cité comme l’un des cofondateurs des Voiles dans un article du magazine Bilan de 2014. Il pose sur la photo aux côtés d’Alexandre Afsary et Thierry Berchery.

Interrogé sur ce potentiel conflit d’intérêts, le directeur de Genève-Plage réfute faire partie des fondateurs. «L’idée a germé en 2013, mais l’association a externalisé le mandat. Genève-Plage touchant un loyer.»

«Dans les règles!»

Christian Marchi assure aussi ne pas être membre du comité d’évaluation de l’appel d’offres. Son nom figurait pourtant noir sur blanc dans des documents officiels. «Ce n’est plus le cas», insiste-t-il. Ce que confirme le Canton: «Monsieur Marchi ne participe pas au jury. Celui-ci est composé du président de l’association Genève-Plage, de son vice-président et d’un membre de l’association.» Christian Marchi affirme que «l’association a décidé de lancer l’appel d’offres sans aucune obligation de le faire». Il ajoute: «Vallat et Partenaires est garant de la régularité de la procédure. Tout est fait dans les règles!»

«Le jury saura choisir le meilleur projet de façon équitable»

Les conditions de participation à l’appel d’offres pour l’exploitation de la zone événementielle sur la Rive gauche n’inquiètent pas les autres candidats en lice. «Nous sommes convaincus que le jury saura choisir le meilleur projet de façon équitable, explique Christian Kupferschmid, directeur de M3 Evénements. En ce qui nous concerne, nous avons confiance en notre projet. Nous voulons amener quelque chose de différent, de plus populaire que le concept actuel, et nous espérons que le jury y sera sensible.»

Une confiance partagée par Baroque Group: «Nous continuons de travailler d’arrache-pied sur notre projet. Nous sommes confiants des qualités de ce concept novateur, qui répondra aux attentes de la population et des touristes, dès 2021», appuie l’attachée de presse Eve Lozeron. Précisons encore que les finalistes seront convoqués d’ici à la fin de l’été pour présenter leur projet.