LPP 21: non à une révision antisociale des caisses de pension

Le projet de réforme des caisses de pension avait trois objectifs: garantir le niveau des rentes, améliorer celles des femmes et des personnes à bas revenus et en assurer le financement. Mais la majorité du Conseil national et du Conseil des Etats a rejeté le compromis initial des partenaires sociaux.

Suite à la baisse du taux de conversion qui passera de 6,8% à 6%, les retraité(e)s des prochaines années recevront une rente jusqu’à 15% inférieure pour leur capital vieillesse épargné.

Le seuil d’entrée pour cotiser au 2e pilier sera abaissé à 19'845 francs ce qui devait favoriser les femmes, occupées souvent à temps partiel. Les assuré(e)s avec un revenu entre 25'000 et 40'000 francs auront certes une augmentation de rente mais à un coût élevé. De plus, si ces personnes ont droit à des prestations complémentaires, l’éventuelle hausse de rente sera comprise dans les barèmes de ces dernières. Pour les revenus moyens, ce projet entraînera des pertes de rentes importantes (entre 5% et 15%).

Cette réforme antisociale va donc aggraver la situation des femmes qui devront désormais travailler jusqu’à 65 ans mais aussi d’une grande partie des assuré(e)s qui cotiseront plus pour obtenir des rentes plus basses.

Il est indispensable que le peuple se prononce sur l’avenir de nos caisses de pension. J’invite donc la population à signer massivement le référendum en cours.