L’amour déclaré sur des banderoles: «C’est mon art!»

INSOLITE • GHI a retrouvé la personne qui a dispersé des messages amoureux sur les ponts et les rues de Genève. Il s’agit d’un artiste très romantique.

Mi-janvier, suspendu au pont de la Coulouvrenière, une énorme banderole surplombant le Rhône intrigue les passants avec ce message:  Je rêve de toi. Une semaine plus tard, au-dessus de l’entrée du tunnel de Carouge, un autre texte interpelle: Tu me manques. Le lendemain, à la sortie de ce même tunnel, toujours inscrit sur de grandes banderoles, la réponse  au premier: Toi aussi. Puis le surlendemain, on voit apparaître un Pas moi.  De fil en rues, depuis le début de l’année, d’autres intrigants messages amoureux  se sont étalés ici et là, sur nos ponts, à l’entrée de nos tunnels. Notamment sur la butte près de l’Eglise Russe en Vieille-Ville, on pouvait lire C’était bien avant-hier. (GHI 6.02.14)
 
Art urbain
Qui a étalé ces messages amoureux à Genève? GHI a mené l’enquête et découvert qu’il ne s’agissait pas d’un amoureux transi jouant les Cupidon, mais d’une romantique performance artistique! «Je suis chanteur, confie Jerrycan, Genevois dans la trentaine. Les phrases que j’ai dispersées dans les rues genevoises, sont les paroles de mes chansons. Le but est de jouer avec les paroles des chansons, de les faire résonner différemment, de stimuler l’imaginaire des passants et de surprendre dans leur parcours quotidien.»
 
Surpris
Amoureux de la chanson française, l’artiste a ainsi réussi à faire passer les textes de ses chansons. «Lorsque j’ai mis une banderole sur le pont des Avanchets, se souvient-il, la police m’a surpris. On a  discuté d’amour, de mariage, d’espace public et ils m’ont laissé faire… ». Jerrycan reconnaît s’être fait choper deux ou trois fois pour avoir installé illégalement ces banderoles. Mais après tout, pour lui, rien de bien méchant, au contraire: «Si la banderole gêne, elle s’enlève très facilement, ça reste un geste éphémère et léger. Les gens peuvent s’approprier mes phrases s’ils le désirent!»

Clip sur Youtube

ChZ • L’artiste genevois vient de poster sur Youtube un clip relatant son expérience artistique genevoise inédite. On le voit défiler à vélo près de l’Usine, au bord du Rhône. Mais là, cette fois, la chanson est triste. Le week-end dernier, les Genevois ont vu l’artiste à la Fête de la musique. Mais, il s’est aussi distingué, assis sur une chaise accrochée à une fenêtre, pour chanter une sérénade renversée et… renversante!Aujourd’hui Jerrycan lance la chanson carte postale. Chaque mois, il sort une nouvelle. La première carte représente le bâtiment des CFF situé derrière les Ports Francs de Genève. Et l’énorme banderole qui orne le bâtiment résume sa performance: Sourire.

http://youtu.be/nBgjotow9Oo